CATAWOPINO

En route vers la Mongolie !

Pour arriver en Mongolie depuis Beijing, il existe plusieurs solutions :

  1. Prendre un avion (ce que nous essayons d’éviter jusqu’à notre retour en France)
  2. Prendre le trans-mongolien qui relie directement Beijing à Ulaanbaator en 28h. Sa popularité auprès des touristes entraîne un achat de tous les billet par les agences de tourisme qui les revendent à prix d’or, 250€/personne en moyenne.
  3. La dernière solution, plus longue et plus économique (50€ par personne), est de prendre un bus de nuit ou un train de Beijing jusqu’à Erlian (la ville frontière), de passer la frontière, puis de prendre le train de nuit de Zamiin-Uud à Ulaanbaator.

Nous choisissons la dernière option et partons de Beijing à midi pour prendre le bus de nuit. En arrivant à la station de bus, nous apprenons que tous les bus (réservables uniquement le jour même) sont déjà pleins. Tant pis, on sait qu’il existe aussi un « marché noir » des bus sur le parking d’à côté. On se rabat donc sur la petite vieille qui nous harcèle depuis notre arrivée. Contente, elle appelle son patron qui lui annonce qu’il n’y a plus de place non plus.

Le Naadam festival est dans 3 jours et tout le monde se rue en Mongolie afin de passer la frontière terrestre avant que celle-ci ne ferme ses portes durant tous les jours fériés du Naadam.

L’homme nous propose de monter dans son bus et de voyager allongés dans les couloirs (entre les voyageurs), pour plus cher que le prix normal car il nous fait une faveur (qui ira directement dans sa poche…). On hésite. Nous commençons à discuter avec Shovko, un mongol qui étudie à Taïwan et qui revient pour les vacances dans son pays. Il nous aide à communiquer avec le chauffeur du bus, nous montre où nous pourrions nous mettre et propose même de prendre les places à côté de nous. On pense à revenir le lendemain pour avoir de vraies places (nous avons prévu une journée de marge pour ce trajet), mais on finit par accepter de peur d’avoir un soucis en route et de ne pas pouvoir passer la frontière à temps.

L’heure du bus venue (6h plus tard) de plus en plus de gens s’accumulent sur le parking. On leur propose à tous des places « sans places ». Mais nous ne tiendrons clairement pas tous dans un seul bus. Shovko discute encore avec le chauffeur, nous dit d’attendre, qu’il n’y aura pas de soucis. On attend. Comme par miracle, un autre bus arrive à la dernière minute et Shovko nous négocie deux places avec le chauffeur 🙂 Un grand Merci !

Arrivés à Erlian le 9 au matin, nous nous dirigeons directement vers un hôtel et passons la journée à nous occuper du blog et préparer la suite.

La frontière

Il faut obligatoirement être dans une voiture lors du passage de la frontière. Les touristes doivent donc s’arranger avec des chauffeurs. La plupart d’entre eux conduisent des jeeps de l’ère soviétique et vous pouvez les trouver à partir de 7h/7h30 sur le parking en face du « Dinosaur Square ».

On négocie tant bien que mal le tarif avec un mongol qui finalement ne viendra pas avec nous (il peut avoir moins cher si il ne voyage pas avec des blancs) 🙂 Le tarif est normalement de 50 Yuans par personne, les chauffeurs nous en réclament 100.

A partir de demain, la frontière ferme ses portes pour les 5 prochains jours. Notre visa chinois quand à lui est sur le point d’expirer, nous ne faisons pas les difficiles. On est plutôt contents (le chauffeur aussi!) de finir la négociation à 70CNY/personne avec un départ immédiat dans une jeep plutôt récente.  Nous sommes les premiers à l’ouverture de la frontière que nous passons en moins d’une heure.

Nous avons les pieds sur le sol Mongol ! Nous allons retirer de l’argent et découvrons les billets que nous utiliserons pour le mois à venir : le plus gros d’entre eux, 20 000 Tugriks, correspond à 7.45€ et le plus petit, 10 Tugriks, à 0.0037€ 🙂

Puis nous nous dépêchons d’aller à l’office en face de la gare acheter nos billets de train. Le train ne part qu’à 18h05 mais nous voulons être sûrs d’avoir des places. Mission accomplie, nous n’avons plus qu’à attendre !

À midi, nous prenons notre premier repas Mongol : un plateau repas composé d’une soupe (bouillon avec de la bonne viande bien grasse, des pommes de terres et des oignons), de pâtes sautées avec quelques légumes et de la viande, d’une petite salade de pomme de terre, légumes râpés et viande (vous commencez à identifier un thème commun?) ainsi que d’un thé au lait (servi façon mongole : plus de lait que de thé). Ça annonce la couleur, en Mongolie on va manger gras ! Toute l’équipe du restaurant est très excitée par l’ouverture du festival du Naadam à la télévision. Il restent scotchés devant dès qu’il n’y a pas de travail.

Nous payons l’addition et commençons à retourner à la gare lorsqu’Anu, une jeune Mongole, et Vyanga, une amie à elle, nous abordent. Anu parle bien anglais et nous demande si nous nous rendons à Ulaanbaator. Heureuse que nous lui disions oui, elle nous dit alors qu’elle s’y rend aussi et veut nous aider à découvrir son pays. À partir de ce point, elle nous prend sous son aile. Vraiment. Nous passons les heures suivantes à discuter tous ensemble et à planifier la suite. Comme elle est en vacances (elle étudie la médecine en Chine et est en vacances en ce moment), elle dispose de pas mal de temps.

Vyanga nous offre des cafés et nous apprend quelques mots de Mongol ainsi que des lettres de l’alphabet cyrillique.

À 18h, nous nous séparons pour monter dans nos wagons respectifs.

Nous découvrons les merveilleuses couchettes que nous allons avoir pour les 15 prochaines heures. Pour 5€ de plus par personne, nous avons choisi de voyager en « soft sleeper » (l’équivalent de la première classe) et la cabine ressemble à ce que l’on s’imaginait des trains mythiques du début du XXième siècle.

Bercés par le bruit régulier du train, nous sommes comme deux gamins dans la cabine devant les paysages arides du désert de Gobi.

Nous sommes ravis de notre première journée en Mongolie !

Une réflexion au sujet de “En route vers la Mongolie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CATAWOPINO