CATAWOPINO

En route pour Manitoulin Island

Depuis notre départ de Montréal, nous savions que l’île Manitoulin serait un de nos points de passage. Après avoir pédalé plus de 1200 kms, nous sommes arrivés sur la plus grande île d’eau douce au monde! C’est depuis notre hamac, dans un camping où nous passerons quelques jours, que nous prenons un peu de temps pour mettre à jour le blog 🙂

Cela fait 3 semaines aujourd’hui que nous avons pris la route, et une agréable routine s’installe dans nos journées. Nous essayons de partir tôt afin d’éviter la chaleur du début d’après-midi pendant laquelle nous faisons une longue pause, et nous nous arrêtons de pédaler entre 18 et 19h, lorsque nous trouvons un endroit pour planter la tente (dans un camping, un champ, ou encore le jardin de généreux canadiens). Nous mangeons un repas froid le midi (afin d’éviter de sortir la popote, le gaz, etc.) puis on se fait un festin le soir (pâtes, riz, ou nouilles chinoises, le tout agrémenté d’oeufs durs, de thon, de viande hachée ou encore de saucisses recomposées).

Nous avons testé pour vous les “Highways”, et plus particulièrement la numéro 7, encore appelée “Autoroute Transcanadienne”. Le nom parle de lui même, et pas la peine de vous décrire nos têtes lorsque nous avons vu les convois de “taille exceptionnelle” transportant des morceaux de ponts ou encore des maisons nous doubler à pleine vitesse. Content d’être sortis de cette expérience en un seul morceau, nous avons ensuite opté pour les routes secondaires qui, malgré les détours et le dénivelé supplémentaire qu’elles nous faisaient prendre, étaient bien plus agréables.

Bien plus agréables jusqu’à… l’attaque des “deer flies”. Ces taons qui arrivent par centaines dès que notre vitesse passe sous les 20km/h (autrement dit : les 3/4 du temps!) et qui piquent en laissant de vilaines marques. Comme disent les Canadiens, tu les sens t’arracher un bout de viande 🙂 Bien que Tracy soit devenue incroyablement efficace pour les savater en plein vol (record personnel avoisinant les 15 taons/minute), ils finissent par nous faire hésiter à revenir sur la Highway.

DSCF1423
DSCF1627

Accompagnés du vent de face, et confrontés au dilemme taons – routes dangereuses, c’est avec un petit moral que faisons des courses matinales au supermarché de Tweed. Nous y rencontrons Scott P., un musicien qui passe sa vie entre le Canada et le Mexique, et avec qui le courant passe bien. Après 5mins à discuter avec nous, il propose de nous aider en nous mettant en relations avec toutes les personnes qu’il connait sur la route. On lui envoie un mail de l’extérieur de la bibliothèque de Tweed (merci au Wifi laissé ouvert le dimanche!) et il nous répond tout de suite pour nous dire qu’il a déjà contacté son frère et une amie à lui.

Son entrain nous donne des ailes et nous avançons avec joie jusqu’à Peterborough, où nous recevons un e-mail disant que Doug (le frère de Scott) est prêt à nous accueillir chez lui, sur une île du lac Simcoe.

Doug et sa femme Pat nous reçoivent comme des rois sur l’île, où les véhicules motorisés sont interdits, avec comme phrase d’accueil “Bienvenus au paradis”. C’est en effet au paradis que nous restons 2 jours avec eux, à se balader sur l’île, se baigner dans de l’eau translucide, faire du bateau (que Doug nous a même laissé conduire un peu), faire du Canoë, discuter autour du feu, etc. Il s’avère que Doug est musicien également, tout comme leurs filles, ce qui fait qu’une bonne partie du temps est consacré à discuter, écouter et jouer de la musique. Une rencontre qui restera gravée dans nous mémoires.

DSCF1442
DSCF1497DSCF1526

C’est avec le coeur serré mais plus que jamais motivés que nous quittons l’île, avec l’espoir que nous resterons en contact avec eux. Sur le chemin d’Owen Sound, en demandant à un fermier (Steve) un bout de champ pour planter notre tente, il nous offre un bout de son jardin, quelques bières bien fraîches, une douche chaude et une soirée très agréable avec lui et sa femme Judy 🙂 Quelques jours plus tard, c’est dans une maison que nous serons invités, chez Ernie et Dinah, dernière étape avant de prendre le Chi-Cheemaun ferry pour l’île Manitoulin au milieu des vrombissements des Harleys. L’île fait 160 kms de long, on a de quoi explorer !

DSCF1553DSCF1631
DSCF1642DSCF1680

11 reflexions sur “En route pour Manitoulin Island

  1. janine ferrer

    Comment expliquer ce que je ressens en lisant tout ces commentaires simplement merveilleux et je continue a étre avec vous cela me fait un bien fou, bon courage mes chéris je pense a vous; mamie.

  2. Isabelle

    Salut les « pédaleur-chasseurs », Profitez bien de cette étape sur Manitoulin et de vos futures rencontres. Gros bisous des Grands bois où nous passons notre dernière semaine de vacances.
    Bisous

  3. Jenny

    Je vous imagine bien sur le vélo en train de savater les insectes 😁
    Ça aurait fait une bonne vidéo lolll
    Gros bisous à vous 2 😘😘

  4. francis

    Le pédalage n’est pas une longue route tranquille ! Et les taons sont durs !!! Tracy sera classée au tennis en rentrant et pourra défier son beau-frère. mais que de belles rencontres ! Attention de ne pas vous éterniser au ^paradis » !
    Bonne continuation et bonne chasse !!!

  5. Marie-Paule

    coucou je m’amuse bien à brive bisous charlotte

    Charlotte vient d’admirer avec moi les photos! Bravo pour ce récit qui nous fait partager vos rencontres ( de toutes sortes d’ailleurs!) , bonne route, bisous

  6. Mahina

    Quelle belle aventure et que de belles rencontres !
    C’est tellement chouette de se dire qu’il reste des personnes exceptionnelles prêtes à aider leurs prochains, simplement pour le plaisir de partager un bon moment ou un petit bout de votre « folie »!
    On a presque envie de vous rejoindre, raconté ainsi…(et puis à l’arrivée des taons et des routes transcanadiennes, l’idée s’évade…)
    Des bisous à vous et que votre rêve continue ainsi…
    Enjoy

  7. Monique et Jean de Hyères

    Bonjour Tracy. Je ne connais pas ton mari mais je vois qu’il est aussi aventureux que toi. Que de belles rencontres ! et les taons eux par contre ne sont pas vos amis …… Finalement on trouve beaucoup de personnes sympathiques dans tous les pays. Profitez bien de vos belles étapes et c’est un aventure magnifique que vous vivez malgré les quelques inconvénients que vous pouvez rencontrer.
    Bonne route et on attend la suite au prochain épisode.
    Bises

  8. Tracy

    Merci à tous pour vos commentaires! Cela nous fait chaud au coeur de voir autant de réactions et de se sentir proches de nos familles et amis, malgré la distance.
    Pour réponde à ta question Philippe, nous prenons des photos tous les deux, c’est juste que Clement est bien plus photogénique que moi 🙂
    Bises à tous!
    Tracy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CATAWOPINO