CATAWOPINO

Une virée dans l’Ouest Américain (1/3)

Nous sommes actuellement à Phoenix, Arizona, sur le chemin du retour après plus de 4 semaines de road trip dans l’ouest américain. Vu le nombre de choses différentes que nous avons visitées, nous avons choisi de les présenter élément par élément et de séparer ce post de blog en 3 parties. Mais avant cela, les choses un peu générales qui nous ont marquées pendant ce voyage :

  • La voiture : Nous avons loué une voiture classe économie et nous sommes retrouvés avec une superbe Mitsubishi G4 Mirage, sans aucune option. Et quand on dit aucune option, on veut dire par là : pas de réglage du siège du conducteur, pas d’essuie-glace arrière, des capuchons en plastique à la place des feux anti-brouillard, etc…Les avantages non négligeables que nous lui trouvons sont sa consommation (5.3L/100!), sa surprenante résistance aux routes non pavées (normalement pour 4×4) et surtout, que nous n’ayons pas à pédaler pour la faire avancer.
  • Les campings BLM/National Forest : Aux USA, vous pouvez camper gratuitement dans les forêts nationales ainsi que dans les routes appartenant au BLM (Bureau of Land Management). Ils appellent cela du « camping éparpillé ». En pratique, les emplacements sont définis avec un cercle de pierre pour le feu de bois et assez d’espace pour une caravane ou voiture + tente. Il suffit de prévoir assez d’eau et le tour est joué !
    Pour ceux que cela intéresse, le site campendium.com répertorie une grande partie des campings gratuits aux USA.
  • L’election presidentielle : On ne va pas prétendre ne pas savoir qui a gagné l’élection, ni que cela ne nous a pas miné le moral sur ces deux dernières semaines. Nous ne nous étendrons pas sur le sujet, le but de ce blog n’étant pas là.
  • Les Walmart : Barbara (qui nous avait hébergé à Victoria, Canada) nous avait conseillé d’aller faire un tour chez Walmart, pour une expérience 100 % Américaine. C’est chose faite ! Ce géant de la distribution est partout et propose absolument de TOUT (des lunettes de vue aux pièces de voiture en passant par des bidons de 10L de sauce soja). Vous avez aussi la possibilité de prendre une voiturette motorisée avec un cadis à l’avant pour faire vos courses sans avoir à marcher (le bip bip de ces voiturettes lorsqu’elles sont utilisées en marche arrière nous fait toujours autant rire).

C’est après quelques heures de conduite depuis San Francisco et une superbe nuit dans la voiture (comprendre 4h de sommeil en ayant froid) que nous arrivons parc du Yosemite, la première étape de ce voyage.

Yosemite National Park

Nous commençons les festivités par un tour au milieu des sequoias géants,arbres massifs vieux de plusieurs milliers d’années, et qui ont l’air de sortir tout droit d’un conte. Le chemin passe même au milieu de l’un d’entre eux, dont le tronc a été creusé à des fins touristiques dans les années 1920, vestige de la conception de l’époque de la préservation du patrimoine naturel. Faute de temps, nous n’avons pu faire que de courtes randonnées dans le parc, mais cela ne nous a pas empêché d’admirer à Glacier Point la vue du très fameux « Half Dome » (si vous avez possédé un mac ces dernières années, c’était le fond d’écran de la version Yosemite d’OSX). En repartant, nous empruntons la route du « Tioga Pass ». Cette route, qui traverse le nord du parc et fait une soixantaine de km, nous a pris plusieurs heures vu le nombre d’arrêts photo effectués. Cette route se terminant par un col à plus de 3000m, nous avons même pu aller nous amuser dans la neige !

Mono Lake

Face au développement de l’agglomération de Los Angeles et ses besoins en eau, il a été décidé en 1941 de construire un aqueduc reliant directement Mono Lake à LA (500km). Les faibles entrées d’eau dans le lac n’ont pas réussi à maintenir son niveau qui a diminué de 13m en 50 ans, ce qui correspond à une réduction de moitié du volume d’eau du lac. Cela a fait apparaître des formations calcaires appelées tufa qui tapissaient le fond du lac.
En 1994, le lac a été protégé et son niveau commence à remonter (un peu plus de 2m). Les milliers d’oiseaux migratoires qui s’en servent d’air de repos chaque année pourront continuer à venir s’y abreuver.

Death Valley National Park

Après avoir joué dans la neige le matin, le soir nous dormons dans la vallée de la mort. Le camping est peuplé principalement de voyageurs français (pas étonnant, celui-ci est gratuit !).

Sans lumière à l’horizon, le ciel étoilé nous apparaît comme nous ne l’avons jamais vu. Mais nous faisons moins les malins cette nuit là lorsque nous entendons des bruits de bêtes autour de la tente (il y a quoi déjà dans un désert ? Serpents, scorpions, araignées venimeuses, etc.). On vérifie bien nos chaussures avant de les mettre le lendemain matin et profitons du paysage en prenant notre petit déjeuner.

Même fin octobre, le soleil cogne fort et on se demande comment les touristes arrivent à visiter en plein été. Nous nous baladons d’abord dans des dunes de sable puis à 86m sous le niveau de la mer dans le Badwater Basin, couvert de sel. Nous profitons également des points de vues principaux avant de partir pour Las Vegas.

Las Vegas

Nous y sommes restés moins de 24h, mais c’est largement suffisant pour se rendre compte de l’extravagance, la débauche et la démesure de cette ville sans limites.

Nous ne camperons pas ce soir là et nous nous offrons une nuit à l’hôtel Bally’s ! L’hôtel en lui même est beaucoup moins luxueux que ses voisins mais situé au milieu du Strip, il offre une vue sur une réplique 1/2 de la tour Eiffel et sur la moitié des fontaines du Bellagio. Nous passons la soirée à nous déplacer de casino en casino, afin d’admirer les différentes ambiances. Mention spéciale aux casinos Paris et le Venitian pour leurs répliques franchement impressionnantes (il y a quand même un réseau de gondoles au 1er étage du Venitian…). C’est au « New-York New-York » que nous jouons 1 dollar aux machines à sous, et nous réussissons à doubler notre mise pour repartir avec 2 dollars 🙂 En ressortant du casino, on voit l’envers du décor : l’heure avançant et la consommation d’alcool avec elle, l’ambiance extravagante qui régnait se transforme en ambiance dégradante. N’étant pas des grands fans, nous rentrons alors à l’hôtel pour siroter du « champagne » (une bouteille de sparkling wine australien achetée 5$ au CVS du coin) en regardant le show des fontaines du Bellagio de notre chambre.


Fin de l’épisode 1. La suite dans quelques jours 🙂

5 reflexions sur “Une virée dans l’Ouest Américain (1/3)

  1. ferrer

    c’est
    super vous avez vu pleins de choses c génial Las vegas cela ne m’etonne pas c le fric le fric et pleins de casinos, profiter bien et vous en avez pleins les yeux ce voyage est graver dans votre mémoire Bizz à v 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CATAWOPINO