CATAWOPINO

Arrivée sur le continent Asiatique – Thaïlande, 1ere partie

Pour la première fois depuis le début de notre voyage, nous voici arrivés dans un pays que ni l’un ni l’autre ne connaît. C’est le début d’une longue période que nous allons passer en Asie du sud est, et la découverte d’une toute autre culture. Cela fait maintenant un peu plus de 15 jours que nous sommes arrivés, et nous nous éclatons !

Bangkok

Bangkok est une mégalopole bouillonnante très étrange et débridée, avec ses bons et mauvais côtés. Après 4 jours pleins passés à essayer de l’explorer et de comprendre son succès touristique, nous n’arrivons toujours pas à savoir si nous l’aimons ou pas.

Du côté des visites, notre temple préféré est celui de Wat Pho. Le Bouddha couché immense et tout en or en est sûrement l’image la plus connue, mais le reste de la visite du temple est beaucoup plus calme et agréable, vu que l’essentiel des gens s’agglutinent autour du Bouddha couché dans l’espoir d’avoir une selfie sympa.

Le premier jour, on a quand même réussi à se faire avoir par un Thaï à l’anglais parfait qui s’est gentiment proposé de nous aider. C’est un des « scams » courants dans le centre de Bangkok, mais nous n’avions pas lu sur le sujet avant, et on est tombé dans le panneau. Quand on a pris le bus pour le centre ville (nous logions à l’est dans le quartier de Sukhumvit), on s’est vite rendu compte qu’il y avait un événement spécial ce weekend là, vu que plusieurs routes et parcs étaient bloqués aux touristes, que des foules de Thaï habillés tout de noir se rassemblaient, et qu’il y avait des stands distribuant eau et nourriture gratuitement. On comprend que les gens viennent payer leurs respects après la mort de leur roi en Octobre dernier, et cela ne nous paraît donc pas louche, quand cet homme nous annonce que les temples principaux sont fermés. Il nous dit également qu’il travaille d’habitude à l’un de ces grands temples, et qu’il est donc en vacances aujourd’hui. Soucieux de notre bonne expérience touristique à Bangkok, il nous fait croire qu’il négocie un tarif imbattable avec un chauffeur de tuk-tuk pour nous faire visiter d’autres temples (mineurs) et nous amener au « Tourist Information of Thailand » (ou T.I.T.) pour que l’on récupère des cartes et des infos pour la suite. On hésite, mais on se dit que pour un prix aussi bas, on n’a rien à perdre. Après avoir visité le 1er temple, le tuk-tuk nous dépose ensuite à ce fameux T.I.T. Ce « centre d’informations » s’avère être en réalité une agence de voyage, et nous nous retrouvons en face d’un homme relativement antipathique qui nous fait un planning très serré pour la suite de notre séjour en Thaïlande (sans grande considération pour nos intérêts personnels) et nous pousse fortement à réserver tout ça immédiatement à travers eux, sous prétexte que « la moitié de la planète est en Thaïlande en ce moment, tout est complet ». Nous déclinons poliment, il descend alors le prix d’un tiers, nous déclinons une seconde fois, et il se met à s’énerver (quelque chose que les Thaïs ne font normalement pas en public). On le remercie et on s’en va, pour retrouver notre « ami » tuk-tuk, légèrement amers de s’être fait avoir comme des bleus. Pour information, les Tourist Information Thailand (T.I.T.) sont des agences de voyage proches de l’arnaque, et les Tourism Authority of Thailand (T.A.T.) sont les vrais offices de tourisme. Forcément, on ne le savait pas. Nous visitons ensuite un deuxième temple, avant que le tuk-tuk nous oblige à aller dans un de ces fameux « tailleurs sur mesures ». On reste 5 minutes en faisant semblant de s’intéresser, et on se casse sous le regard irrité de tous les protagonistes de cette affaire. Bien que le conducteur du tuk-tuk essaye de nous mettre entre les mains d’un de ses copains pour une visite touristique de la rivière et de ses canaux environnants, nous lui demandons de nous déposer à l’endroit prévu initialement, où nous prendrons un transport local pour traverser la rivière (0,1 € la traversée). Au final, nous avons payé seulement 100 Bahts (2,50 €) pour se faire trimballer pendant 2 heures dans la vieille ville et n’avons pas cédé à tous les extra proposés. On s’en sort bien !

Le lendemain, afin de sortir de la cohue du centre de la ville (merci Phiphi pour tes conseils), nous prenons le bateau express sur la rivière Chao Phraya jusqu’à son terminus au nord de la ville. Après avoir marché un peu au hasard, on tombe sur un marché très local (nous sommes les deux seuls touristes) où les fruits sont légion et où les poissons tentent de s’échapper de leur seaux. C’est là qu’on découvre le « fuit du jaquier », que nous n’avions jamais vu jusqu’alors (et très bon d’ailleurs!) ainsi que la noix de coco fraîche. C’est la première, mais certainement pas la dernière !

Le week-end, nous avons passé une matinée au célèbre marché de Chatuchak qui est composé de près de 8000 stands. Nous le trouvons un peu décevant : peut-être était il intéressant à aller voir il y a 20 ans, mais aujourd’hui il nous a fait penser à un attrape touriste. C’était quand même marrant, mais définitivement pas authentique.

Enfin, nous nous devons de parler du quartier où nous logions, Sukhumvit. De jour, on est surtout frappé par les énormes centres commerciaux bourrés de marques de luxe. Il y en a même un avec des thèmes à chaque étage comme à Las Vegas (!). De nuit, on se rend vite compte que c’est un quartier où le tourisme sexuel est très présent. Nous sommes choqués et écœurés par la quantité d’hommes blancs et bedonnants tenant par la main de jeunes (voire très jeunes) filles Thaï.

Ayutthaya

Fondée en 1350, Ayutthaya fut à son apogée la capitale du royaume de Siam avec plus de 400 temples actifs. Aujourd’hui, il en reste une douzaine en ruines. En 1767, la ville fut pillée par l’armée Birmane, déclenchant le déplacement de la capitale 80km au sud, à Bangkok. Comme ça nous manquait trop, on loue des vélos (!) afin de visiter la ville tranquillement. Nous avons particulièrement aimé la tête de Bouddha prise dans les racines d’un arbre, et la visite de Wat Yai Chaimongkol, un temple situé un peu à l’extérieur de la vieille ville resplendissant par sa beauté, sa grandeur et le fait qu’il soit pratiquement intact. Une petite mention spéciale à Ayothaya Riverside House, où nous avons logé, un endroit très paisible en face de la rivière, tenue par un homme très sympa et convivial qui nous a offert une soirée guitare et chant !

Khao Yai National Park

Histoire de rompre un peu avec le trajet classique des voyageurs en Thaïlande, nous partons pour Pak Chong et louons un scooter pour 3 jours. Direction le parc national de Khao Yai, où on plante la tente. Le parc (le 1er à accéder au statut de parc national en Thaïlande) est connu pour sa double cascade magnifique immortalisée par Danny Boyle dans le film « La plage ». Au programme, des cascades, des petites randos dans la jungle, et surtout observation de la vie sauvage : un crocodile, un éléphant mâle seul, un troupeau d’éléphants femelles avec 3 petits, des macaques et des gibbons un peu partout, des calaos, une araignée gigantesque, des chenilles bizarres, des cerfs et une multitude de papillons très colorés. Les 3 jours passés dans ce parc ont été pour nous quelque chose d’exceptionnel.

On avait lu dans le guide que tout Bangkok venait prendre un bol d’air pur dans ce parc tous les week-ends. Ce n’était pas une exagération ! Le samedi soir, le camping n’ayant visiblement pas le concept de « nous sommes complets » a pris des airs de festival en plein air. Le moindre centimètre carré d’herbe a fini par être occupé, et il y avait tellement de voitures partout que nous avons eu du mal à garer notre scooter en rentrant de notre journée dans le parc. Mis à part l’état des douches et des toilettes, c’était vraiment sympa !

Lopburi

Habituellement un arrêt de deux heures pour les voyageurs en direction de Chiang Mai, nous avons décidé de nous arrêter deux jours dans cette ville plus connue sous le nom de « cité des singes ». C’est assez impressionnant, il y a vraiment des singes partout et ils sont assez agressifs quand il s’agit de chercher de la bouffe (Tracy s’est faite secouée le pantalon par plusieurs singes très insistants). La ville en elle-même n’offre que peu d’intérêt à part quelques ruines dispersées, mais la région alentour est très belle.

Le lendemain, on loue donc un scooter 125cc pour aller se promener. On se retrouve seuls sur des chemins de terre, entourés de champs de tournesol et de montagnes. Magnifique ! On se balade un peu, puis on reprend le scooter pendant une heure pour arriver à Wat Khao Wongkot, un temple actif bâti à flanc de montagne, accessible par de petites routes traversant les rizières. En plein cœur de ce temple se trouve un escalier qui gravit la montagne au milieu de petits « chedis » pour arriver à une grotte à chauve-souris. À la tombée de la nuit, des millions de chauve-souris sortent de la grotte pour aller chasser, en un flot dense et continu pendant 2 heures. Nous étions seuls à quelques mètres de l’entrée de cette grotte à ce moment là, et sommes restés scotchés par l’intensité de ce moment.

DSCF2274

Sukhothai

La capitale de Siam avant Ayutthaya était Sukhothai. Tout comme Ayutthaya, c’est aujourd’hui un parc historique classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Le couché de soleil sur les ruines est particulièrement magique ! Lors de notre visite, le parc était en fête, pour les 100 jours de la mort du roi (les hommages vont durer 1 an).
Durant le trajet en bus nous avons rencontré 2 autres couples de français avec qui nous passons la soirée puis la journée du lendemain. Ils nous présentent ensuite à un autre couple et passons tous ensemble une dernière soirée très sympa. Merci à Marie et Stéphane, Andréa et Arthur ainsi que Karine et Pierre pour ces moments passés ensemble.

Le lendemain, sur les conseils du Lonely Planet et de blog de voyageurs, nous laissons les affaires à notre guesthouse et prenons le bus pour aller visiter un autre parc historique, celui de Si Satchanalai. Plus difficilement accessible et plus enfoui dans la nature, le parc est moins visité. Malheureusement, les ruines sont en piteux état et offrent, selon nous, moins d’intérêt qu’Ayutthaya ou Sukhothai. Le point fort de cette visite sont les milliers de cigognes à bec-ouvert perchées sur une colline entre 2 temples. Dur de ne pas recevoir quelques-uns de leurs cadeaux sur le chemin, mais le spectacle en vaut la peine 🙂

Chiang Rai

Après 8h de bus pour faire 400km, nous arrivons à Chiang Rai, au nord de la Thaïlande.
Ville moderne très sympathique, on trouve à se loger dans une guesthouse sans prétention et très paisible (Chat Guesthouse). Après avoir marché au hasard dans la ville, nous tombons par hasard sur le festival des fleurs de la ville. Marché de nuit avec produits artisanaux, nourriture, concerts et des parterres de fleur à l’ambiance très féerique.

Aujourd’hui, nous profitons de l’ambiance calme pour nous reposer et écrire ce post de blog. Demain, nous partons pour Chiang Saen, le long du Mekong.

3 reflexions sur “Arrivée sur le continent Asiatique – Thaïlande, 1ere partie

  1. Sevdissyoulabas

    Merci pour ce récit et vos photos. Ça donne trop envie d’aller en Thaïlande, même si comme vous le savez la Belgique (et surtout Anvers) est réputée pour ses bouddhas ! :-))) J’ajoute quand même la Thaïlande à ma to-do-list ! Bonne continuation. Bises, Séverine

    1. Tracy

      C’est un plaisir de faire partager ce que l’on vit.
      On a vu les photos des buddhas Belges en effet! 🙂 J’espère que vous avez passé un super week-end! Bises! Tracy

  2. philippines

    hello
    content que le tuyau rivière a bangkok ait marché : je m’étais aussi retrouvé comme seul touriste sur le marché … cool
    la thailande est tjs aussi belle merci pour tous ces temoignages
    bises
    philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CATAWOPINO