CATAWOPINO

Thaïlande – 2ième Partie

Nous étions prêts à faire le check-out de notre guesthouse lorsque, sur les conseils du proprio, nous avons changé un peu nos plans. Finalement nous sommes partis faire une boucle d’environ 400km en scooter dans les montagnes au nord de Chiang Rai. Cette petite escapade a duré 4 jours et demi, et fait définitivement parti de nos coups de cœur sur la Thaïlande.

J-1 De Chiang Rai à Mae Salong

Nous laissons un de nos sacs à dos à la guesthouse, louons un scooter semi-automatique et prenons la route. On s’arrête en chemin visiter la « Maison noire », œuvre délirante d’un artiste local, a priori mondialement connu (Thawan Duchanee). Durant 50 ans, il a travaillé sur ce jardin zen avec de multiples maisons en forme de temples, le tout dans un cadre très noir (sculptures barges, ossements, peaux d’ours et de croco partout) . C’est intéressant à voir mais assez indescriptible 🙂

Nous visitons aussi une plantation de thé avant d’arriver à Mae Salong où vivent beaucoup de descendants du Yunnan. Nous dormons dans une guesthouse avec vue sur la montagne et les nombreuses plantations de thé (autrefois d’opium).

 

J-2 De Mae Salong à Chiang Saen

La plus grosse journée ! Nous avons longé la frontière Thaïlande-Birmanie et ses paysages grandioses presque toute la journée (sauf lorsque nous nous sommes perdus au milieu des montagnes).

Nous avons fait un petit arrêt aux jardins royaux de Doi Tung qui en valent la peine et au « triangle d’or » qui lui mérite un arrêt de 6 mins 30.

Sur la route nous passons de nombreux checkpoints tenus par l’armée Thaïlandaise. Un seul militaire nous a demandé de nous arrêter, pour nous poser quelques questions banales et nous laisser passer 2 minutes plus tard (sans regarder nos passeports). La dernière étape de la journée, Chiang Saen, est une petite ville le long du Mekong très agréable, peu fréquentée et où les gens sont très souriants!

 

J-3 De Chiang Saen à Chiang Khong

Le matin, avant notre départ de Chiang Saen, un moine bouddhiste est venu discuter avec nous lors d’une visite d’un temple. Très gentil, il a fait beaucoup d’efforts de communication pour parler de tout et de rien, ainsi que des enseignements du Bouddha, le tout en utilisant de jolies métaphores.
La route a été facile et nous sommes arrivés tôt à Chiang Khong (principalement une ville de passage des personnes désirant traverser la frontière avec la Laos). Parce que nous sommes chiants lorsqu’il s’agit de choisir une chambre et que pas mal des logements à bas prix étaient complets, nous tournons un peu avant de se décider à aller chez Sophaphan. Les chambres y sont rustiques, certes, mais la maison/musée toute en teck est vraiment magnifique et la vue sur le Mékong depuis la salle à manger n’a pas de prix. Par chance, il n’y avait quasiment personne ce soir là et Sophaphan a passé un long moment à bavarder avec nous. C’est une femme extra et très marrante ! Si un jour vous passez à Chiang Khong n’hésitez pas à passer la voir à RuanThai Sophaphan Guesthouse.

 

J-4 De Chiang Khong à Phu Chi Fa

Nous effectuons le trajet pendant la matinée, sous le soleil et sur des routes de montagne toutes neuves et longeant des paysages magnifiques. Sur la route, en voyant un panneau indiquant un point de vue (désolé on ne se rappelle plus du nom), on décide de faire un petit détour et d’aller voir ce qu’il en retourne. On n’est pas déçus, puisque la vue sur le Laos et le Mékong est à couper le souffle. Les gens sont tellement surpris de voir des touristes étrangers qu’un des hommes qui travaillent pour réparer le parking nous offre spontanément des mandarines (!) et que plusieurs personnes viennent nous voir pour nous demander comment est-ce qu’on a bien pu entendre parler de cet endroit.
On arrive à Phu Chi Fa en début d’aprem, et une fois notre petit bungalow rose fluo trouvé, on se repose tranquillement en prévision du lendemain. La montagne Phu Chi Fa (ou Phu Chee Fah, on trouve les 2 orthographes une fois sur place), bien que très connue et très appréciée des Thaïs, est plutôt délaissée par les touristes occidentaux. Ce qui fait sa gloire : le lever de soleil, surplombant une mer de nuages percée des quelques montagnes avoisinantes. On met le réveil pour 5h30 le lendemain et on va se coucher tôt pour être sûrs de ne pas rater ça !

 

J-5 De Phu Chi Fa à Chiang Rai

Pour pouvoir admirer le lever de soleil, il a fallu d’abord commencer par 15 minutes de moto dans le noir sur des pentes à 25 % avec plus de nids de poule au mètre carré que la surface de la lune (on n’est même pas tombés). Ensuite, il faut marcher 30 minutes avant d’arriver au sommet en faisant attention aux enfants en costumes traditionnels qui, les yeux bouffis, grelottant, chantent pour récolter quelques pièces sous le regard de leurs parents (qui sont, eux, bien enveloppés dans leurs couvertures). Nous voilà donc fin prêts à immortaliser ce lever de soleil, entourés de centaines de touristes Thaïlandais l’appareil photo au point. Le spectacle a été bien au-delà de nos espérances (la photo parle d’elle même).

La route du retour vers Chiang Rai se révèle être plutôt inintéressante mis à part quelques villages de montagne sympathiques. Pierre et Karine, que nous avions rencontré à Sukhothai, sont de passage à Chiang Rai ce soir là et nous passons une très bonne soirée avec eux histoire de bien finir cette petite escapade.

 

Chiang Mai

Nous prenons le bus pour enfin aller à Chiang Mai, la ville dont parlent tous les voyageurs qui passent en Thaïlande. Très vite, nous sommes déçus et nous rendons compte que cette ville ne nous correspond pas. Elle est archi-pleine de backpackers, au point que tout est fait pour leur plaire et que l’on n’a pas vraiment l’impression d’être en Thaïlande (on a même vu un mec habillé en hippie des années 70 faire une sérénade à l’Ukulele à sa copine à la terrasse d’un resto sous le regard circonspect de quelques locaux. On se serait cru à San Francisco !). On s’attendait à des marchés pleins d’artisanat local, et nous avons vu les mêmes produits que dans tous les marchés un peu alternatifs comme à Camden à Londres.

Pour s’occuper, et parce qu’on aime quand même bien la bonne bouffe, on a participé à une « cooking class » avec Sammy. Ça a très très bien démarré le matin : on a visité un marché pour parler des produits locaux, on a préparé notre pâte de curry après avoir eu plein d’explications sur les épices qu’on allait utiliser, on a fait 4 plats différents chacun, c’était vraiment top et très bon. L’après-midi par contre, après une heure de « sieste » dans les hamacs (bon ok ça c’est toujours sympa), on a touillé 2 pauvres desserts déjà préparés aux 3/4 avant de les manger en quatrième vitesse et de se faire raccompagner fissa jusqu’à notre guesthouse. Un bilan mitigé donc, on s’est bien amusé mais on en attendait un peu plus vu les commentaires extra que cette « cooking class » reçoit sur tripadvisor.

Le dernier jour, on finit par accepter que la ville en elle même n’est pas dénuée de charme, avec ses temples actifs très sympas et ses ruelles toutes mignonnes. Mais il faut juste savoir à quoi s’attendre, et être conscient qu’il y a beaucoup de touristes.

Bangkok

Après un train de nuit couchette sacrément confortable (bien plus sympa que les trains couchettes de la SNCF en tout cas), nous arrivons à Bangkok frais comme des gardons (!) à 5h du matin. Mission attente de notre avion pour Yangon : on glandouille dans un parc, à l’ombre et en mangeant des noix de cajou. A 21h le 1er février nous nous envolons pour la Birmanie.

3 reflexions sur “Thaïlande – 2ième Partie

  1. francis

    Que de splendeurs qui doivent vous faire quand même un peu oublier que vous n’êtes pas de « vrais » touristes. Votre sourire éclatant nous rassure sur votre bonne forme et sur les bons moments que vous vivez à fond. A bientôt pour la suite. mille bisous

    1. clementandtracy Auteur de l'article

      C’est un plaisir de faire partager ce que l’on vit! Et une joie d’avoir des retours. J’espère que tout va bien pour vous,
      Gros bisous,
      Clément et Tracy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CATAWOPINO