CATAWOPINO

Cambodge : Les temples d’Angkor

Le passage de la frontière

Nous avions beaucoup lu sur le sujet et nous attendions à toutes les arnaques possibles. Le couteau entre les dents, nous étions prêts ! Il y a des dizaines de blogs qui traitent du sujet et nous ne pouvons qu’encourager les futurs voyageurs à aller les lire avant de passer la frontière.
Dans le mini van, nous rencontrons Camille, une française qui a tout planté pour commencer un tour du monde de 6 mois, seule. On l’avertit et elle décide de se joindre à nous pour tenter de passer la frontière par nos propres moyens. Pour faire simple, le conducteur vous amène à un faux bureau d’immigration où l’on essaye de vous vendre le visa Cambodgien à 45$ (au lieu des 30$). En échange, vous n’avez pas besoin de sortir du bus, ils s’occupent de tout. L’homme insiste pour que nous passions par lui : l’obtention du visa par nous même prendra trop de temps et le bus ne nous attendra pas. Il va même jusqu’à nous dire qu’ils sont en rupture de stock d’autocollants de Visa à la frontière… Calmement, nous lui disons que nous prenons le risque de louper le bus, quitte à dormir à la frontière. Désemparé, il nous laisse partir.

Au final, tout se passe sans encombre et très rapidement. Il n’y a quasiment personne et nous obtenons nos visas en quelques minutes, avec seulement 2$ supplémentaires de ‘processing fee’ à payer. Cela va tellement vite que c’est en fait nous qui devons attendre le bus pendant près d’une heure ! Nous avons appris ensuite que celui-ci a amené tout le monde au distributeur automatique côte thaïlandais en faisant croire que les distributeurs cambodgien prélevaient d’énormes frais et qu’il était plus avantageux d’échanger des bahts contre des riels avec l’un de leurs amis. Les personnes non averties ont donc payé des frais bancaires pour le retrait en Thaïlande, échangé à taux extrêmement désavantageux et se sont retrouvés avec des riels au Cambodge où l’on paye tout en dollars Américains… Le bus nous amène ensuite directement à Siem Reap, ville bouillonnante connue pour servir de base d’exploration des temples d’Angkor.

Première journée aux temples d’Angkor

Ce qui est classique pour une première journée, c’est de démarrer à 4h30 du matin et d’aller observer le soleil se lever sur Angkor Wat, le temple éponyme, qui est le plus imposant de tous (il serait le bâtiment religieux le plus grand au monde). La veille, nous avions convenu d’un rendez-vous et d’un prix avec un tuk-tuk pour Camille et nous deux. Il arrive à l’heure mais ne peut pas nous prendre car son tuk-tuk a cassé juste devant notre guesthouse. Heureusement, son « père » (qui a le même âge que lui) est là (à 4h20 du matin) et peut nous emmener. Le tuk-tuk n’a pas de banquette pour la troisième personne et il commence à nous expliquer qu’il va falloir se tenir au circuit classique alors que nous avions prévu un ordre particulier pour éviter les foules. Ils sont intraitables, c’est le circuit classique ou rien : nous ne voulons pas avoir à nous battre toute la journée et partons. En marchant un peu, on arrive à trouver un autre tuk-tuk en moins de 10mins. À cette heure là, il est difficile de négocier et nous n’avons pas vraiment le choix si nous voulons voir le lever de soleil. Tant pis, nous préférons payer un peu plus et faire ce que l’on a envie en terme d’ordre.

Le tuk-tuk nous dépose un peu avant 5h à la billetterie. La gestion de la zone archéologique d’Angkor est privée, et les prix ont été augmentés. Un passe 3 jours coûte maintenant 62$ par personne (contre 40$ le mois dernier). Malheureusement, il semblerait que la transparence au niveau de la répartition de cette argent ne soit toujours pas au rendez-vous.

Angkor Wat

Pour admirer le lever de soleil sur Angkor Wat, nous suivons, dans le noir, le flot de visiteurs armés de lampes torches (bien sur, nous avons oublié les nôtres!), passons sur les douves sans les voir et arrivons assez tôt pour avoir une place en face de l’étang. Le bâtiment et ses alentours s’éclaire petit à petit face à des centaines de regards dubitatifs semblant dire « Mais elles sont où les jolies couleurs ? ».

 

Le lever de soleil en lui même est plutôt décevant, mais la découverte progressive du temple reste impressionnante. Nous passons ensuite dans le temple, presque vide, mais ne prenons pas le temps de le visiter longuement car nous voulons profiter de Ta Prohm à son ouverture.

 

Ta Prohm

Ce temple est connu des visiteurs comme ‘le temple de Tomb Raider’. Couvert d’arbres fromagers, ce temple « n’a pas » été restauré. Ou autrement dit : il est restauré de façon à le maintenir dans l’état auquel il a été trouvé au début du XXième siècle, les arbres le détruisant. Outre les arbres qui ont repris le dessus sur la création humaine, les sculptures sont somptueuses, et pour le fun, il y en même une d’un dinosaure ! Il faut vraiment visiter ce temple à 7h30 pétantes (l’ouverture) pour éviter les cars de touristes chinois armés de leurs caméscopes et perches à selfies.

 

Banteay Kdei

Nous l’avons autant apprécié que Ta Prohm. Tout aussi magnifique, mais bien moins fréquenté. En face, un des rois d’Angkor s’était fait construire sa petite baignoire (800 x 400 m).

 

Pre Rup

Ce temple ressemble à ce que l’on a pu voir à Lopburi, Thaïlande. En effet, ce sont les khmer qui ont envahi Lopburi à l’époque, et c’est donc le même style 🙂

 

Ta som

Nous prenons plaisir à nous balader au milieu des ruines et des sculptures de ce temple. Il est connu pour son entrée Est, encerclée par un figuier.

 

Après un déjeuner dans l’un des nombreux restaurants touristiques du site, accablés par la chaleur, nous optons pour une sieste dans les hamacs du restaurant. Notre chauffeur de tuk-tuk s’impatiente et semble désireux de continuer les visites le plus rapidement possible, malgré le fait que nous ayons convenu de rester sur le site jusqu’au coucher du soleil. Cette pause nous permet de recharger les batteries et d’éviter l’overdose des temples.

Neak Poan

Le temple, encerclé d’eau, offre peu d’intérêt en soi mais le ponton pour y arriver est très calme et reposant.

 

Preah Khan

Construit à la même époque que Ta Prohm, il fait aussi parti des temples majeurs du site d’Angkor. Chacune de ses entrées est dédiée à une divinité différente, mélangeant ainsi Bouddhisme et Hindouisme (Bouddha, Brahma, Shiva et Vishnu).

 

Lors de notre visite, nous sommes approchés par un des gardiens, en tenue officielle, qui nous donne quelques éléments historiques sur la construction du temple. Après l’avoir remercié pour ces informations, nous commençons à partir mais il se met à nous suivre en nous demandant de l’argent en échange de ce qu’il vient de nous dire. Nous ne nous doutions pas que 2 minutes de discussion avec un gardien de temple coûtait 1$, mais il est difficile de dire non à un officiel insistant…

 

Angkor Wat (bis) et les bas-reliefs

Pour finir la journée, nous retournons à Angkor Wat. Par chance, le temple est presque vide !

 

Avec notre guide papier pour nous aider à déchiffrer les scènes, nous passons plus d’une heure à admirer les 800m de bas-reliefs et à essayer de comprendre les représentations mythologiques (ce qui est difficile quand on n’a qu’une connaissance limitée de l’Hindouisme).

 

Nous négocions avec le chauffeur de tuk-tuk la journée du lendemain. Encore une fois, il n’est pas très flexible sur les prix mais comme il nous a permis de faire ce qu’on voulait pendant la première journée, on le prend quand même. Il nous propose de faire 3 zones un peu excentrées dans un ordre précis qui devrait nous permettre d’éviter les cars de touristes, ce que nous acceptons.

Deuxième journée

Banteay Srey

Nous commençons la journée par la ‘citadelle des femmes’ (traduction littérale de Banteay Srey). Construit en grès rouge, ce temple est particulièrement fameux pour ses gravures, sculptures et bas-reliefs d’un détail inégalé. Bien que de taille assez petite, il a été très bien restauré et est devenu l’un des incontournables.

 

Le temple a même été doté d’une aire d’accueil très moderne et d’une exposition sur l’histoire du site, ce qui donne un certain plus. Pour l’anecdote, André Malraux (alors ruiné par ses spéculations boursières) a essayé de se ramener des bouts en France afin de les revendre à des collectionneurs privés, mais il fut heureusement arrêté à Phnom Penh. Ironiquement, 30 ans plus tard, il est devenu ministre de la culture sous De Gaulle 🙂

 

Banteay Samre

Il s’agit d’un temple Hindouiste fortifié qui est assez peu visité. Sa tour centrale imposante est très bien conservée et certaines sculptures sont magnifiques. À l’intérieur, nous sommes pratiquement les seuls à en profiter.

 

L’incident du tuk-tuk : il est 10h40 lorsque nous sortons du deuxième temple. À notre demande le chauffeur nous dit que le dernier endroit nous prendra qu’une 1h30 à visiter. Nous lui demandons si il peut nous amener à d’autre temples ensuite car nous aimerions profiter de la journée. Il refuse : il a une fête à 14h et nous avions convenu de ne faire que ces 3 zones. Il cherche du soutien auprès des autres chauffeurs mais n’en obtient pas quand ils apprennent le prix que nous le payons (30$ au lieu de 20$ la veille pour une une journée de 4h20 à 18h30). Nous essayons de trouver un compromis mais il est intraitable (problème de communication?). Tout le monde finit par s’agacer, il devient agressif et nous fait peur en levant la main sur nous. Il est midi, on lui donne la moitié du prix convenu et il nous plante. Au final, on est content qu’il soit parti et après avoir marché un peu, on trouve un autre tuk-tuk pour finir la journée.

Groupe roluos

Comparé aux autres temples, ce groupe est assez décevant. De plus nous ne pouvons pas être très objectifs car nous étions tous un peu tendu après l’agression du chauffeur et les 12000 degrès qui nous faisaient fondre au soleil.

 

Bayon

Un des temples majeur du site, construit par le roi le plus puissant qu’ait connu Angkor. Le temple est construit sur 3 étages, avec 54 tours représentant les 54 régions de l’époque. Sur chaque face de chaque tour, un visage souriant est sculpté. Ce visage représente une divinité bouddhiste, ressemblant étrangement au roi en question. Un peu mégalo peut-être ? 🙂

 

Les bas-reliefs qui entourent Bayon sont tout aussi beau que ceux d’Angkor Wat et méritent d’y jetter un coup d’oeil.

 

Comme la veille, il semblerait qu’il n’y ait que peu de touristes. Nous sommes surpris, c’est contraire à tout ce que l’on a pu lire ou entendre des autres voyageurs. Est-ce parce que les tarifs ont augmenté drastiquement ? Est-ce parce que nous avons essayer d’éviter le « sens classique » de visite des temples? Est-ce que nous entrons dans la saison chaude et qu’il y a moins de touristes ? Ou avons-nous juste eu de la chance ? Nous n’avons pas la réponse mais toujours est-il que nous avons vraiment pu profiter des temples ces deux premiers jours et sommes ravis de notre visite.

Troisième journée

Refroidis par notre expérience de la veille, nous louons des scooters pour pouvoir être plus indépendants. Nous démarrons par une deuxième visite de Ta Prohm (encore à l’ouverture) avec pour objectif de profiter de la belle lumière pour prendre de meilleures photos. Raté. Qu’à cela ne tienne, nous continuons notre visite par la cité fortifiée d’Angkor Thom. Nous prenons notre temps, faisons une petite pause ‘Vache qui rit’/Pringles à l’ombre des arbres, et essayons de profiter des temples malgré la chaleur qui nous liquéfie. Nous rentrons vers midi pour aller faire le check-in dans un nouvel hôtel (avec piscine s’il-vous-plaît). Après avoir barboté pendant 2 heures, on reprend les scooters pour aller pour la troisième fois à Angkor Wat. Et là, c’est le drame.

 

Nous avons notre réponse : c’était simplement de la chance les deux jours précédents… Nous essayons tant bien que mal de visiter les quelques parties restantes mais ne pouvons accéder au dernier étage du bâtiment central. Le temple ferme dans une heure, et il y a environ une heure et demi de queue. Au final nous n’aurons que deux regrets : avoir été assez stupides pour ne pas visiter la partie centrale d’Angkor Wat lorsqu’il n’y avait littéralement personne, et ne pas avoir réussi à capturer la beauté des temples en photo.

Une chose est sûre, les temples d’Angkor resteront l’un des points les plus forts de notre voyage et font indéniablement partie des merveilles de ce monde.

2 reflexions sur “Cambodge : Les temples d’Angkor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CATAWOPINO