CATAWOPINO

Laos – 2ème partie

Nous avons rejoint le centre ville de Vientiane le 12 Avril, la veille du nouvel an Laotien, appelé Pi Mai. C’est la plus grosse fête de l’année avec 4 jours fériés consécutifs, de la musique partout, une grosse consommation de Beerlao et surtout une bataille d’eau à l’échelle nationale. Nous avons écouté les conseils d’Anouradj et sommes venus lui déposer sa moto avant le début des festivités, les routes n’étant pas très sûres à ce moment de l’année. On prend cette journée pour aller 2h en Thaïlande afin d’obtenir un nouveau visa laotien et d’envoyer un colis en France avec les affaires que nous avons en surplus (la poste Thaïlandaise est bien moins chère et plus fiable que la poste Laotienne). Nous n’avons eu aucun problème aux deux frontières et cette fois-ci, pas de supplément pour les tampons ! On profite que tout soit encore ouvert pour acheter ce dont on a besoin pour la suite du voyage, notamment une méthode Assimil pour apprendre un minimum de Chinois et une carte de la Chine. Oui, notre prochaine destination sera la Chine 🙂

 

Le Pi Mai

Nous nous équipons comme il faut avec des vêtements flashy spécialement vendus à tous les coins de rue, un maillot de bain en dessous et surtout un pistolet à eau ! Les groupes d’amis/familles installent des piscines gonflables sur les trottoirs, une bonne façon d’avoir une réserve d’eau permanente pour lancer des seaux d’eau sur les passants. Des pick-ups font la même chose : la piscine est à l’arrière entourée par des personnes de tout âge qui envoient de l’eau. On en a fait l’expérience, il suffit de se balader 30 secondes dans la rue pour être complètement trempé de la tête au pied !

 

La tradition veut que les Laotiens se rendent au temple, généralement en famille, afin d’arroser les statues de Buddha avec de l’eau bénite (infusée préalablement avec des fleurs). Les moines aussi participent et envoient de l’eau 🙂

 

L’ambiance dans les temples comme dans la rue est très bonne, les gens s’arrosent pour le fun et nous sommes agréablement surpris par le respect des uns envers les autres. Si quelqu’un ne souhaite pas se faire arroser ou dispose d’un appareil photo qui pourrait être endommagé, il sera la plupart du temps épargné. Mais pour ceux qui sont habillés « Pi Mai », pas de pitié ! Des concerts ont lieu partout dans la ville, le public danse tout en se faisant arroser par des lances à incendie. Plutôt puissant et impressionnant !

 

Une plage a également été installée au bord du Mékong et pendant que les enfants se baignent, les parents peuvent tranquillement manger au restaurant situé dans le Mékong. La grande classe.

 

Nong Khiaw

Une fois le Pi Mai terminé, nous partons en bus de nuit pour Luang Prabang où nous montons directement dans un minivan pour rejoindre Nong Khiaw. Le trajet s’est déroulé presque sans encombre : 5 minutes après être partis, notre conducteur a décidé de s’arrêter au milieu de la route pour répondre au téléphone (le portable au volant c’est dangereux) puis, sans raison apparente, a enclenché la marche arrière et mis un bon coup d’accélérateur. BAM ! Après 5-10 minutes d’échanges avec le conducteur du camion derrière nous, nous repartons « rassurés  et arrivons à destination 6h plus tard.

Nong Khiaw est un village bâti de part et d’autre de la rivière Nam Ou et entouré de montagnes karst impressionnantes. C’est un village en plein boom grâce au tourisme et on y trouve principalement des restaurants, des guesthouses et des agences de trekking. Nous y sommes en saison basse, donc l’ambiance y est plutôt calme et relaxante. Nous en profitons pour nous reposer, écrire un post de blog, et préparer la suite de notre voyage en Chine. Nous avons séjourné à Sunset Guesthouse et bien que les bungalows ne soient pas du grand luxe et que le staff soit quasi inexistant, nous avions un lit très confortable et nous sommes sentis bien dans ce petit village.

 

Nous avons quand même trouvé le courage de faire une petite rando et de monter en haut d’une des montagne karst, d’où nous avions une vue imprenable sur la ville. Arrivés en haut, nous tombons sur Ianni et Kim, le couple avec qui nous avons passé la frontière Cambodge-Laos plus d’un mois auparavant ! L’orage approchant, nous entamons ensemble la descente, mais trop tard, elle se fera sous la pluie. A part la boue qui nous fait glisser (et par la même occasion tomber), c’est pas plus mal : on ne fait plus la différence entre sueur et pluie sur notre peau 🙂

Pour ceux qui veulent faire cette rando : une personne à l’entrée vous demandera 20.000Kip (2.5€). Ce tarif est justifié car tout le chemin a été aménagé. Pour l’avoir fait sous la pluie, nous n’aurions jamais pu descendre sans les marches taillées et les cordes pour se tenir lorsque c’était trop raide. Ils fournissent également un bâton de marche, plutôt utile, et il y a des poubelles le long du chemin (rare ici!). Attention à ne pas sortir du sentier : Nong Khiaw fut malheureusement l’un des endroits les plus bombardés du Laos.
En discutant avec Kim et Ianni, nous nous rendons compte que nous allons au même endroit le lendemain. Le monde est petit ! Nous les retrouvons le lendemain dans le minivan, ainsi que Alexis et Mathilde, deux de leurs amis qui sont également en train de faire un long voyage.

Luang Namtha

Nous avions choisi d’aller à Luang Namtha pour deux raisons : nous voulions nous rapprocher de la frontière chinoise, et nous avions entendu beaucoup de bien sur les possibilités de trekking dans les environs. La ville en elle même n’a rien de bien excitant, puisque modelée sur le classique rue principale bordée de guesthouses, restaurants et agences de trekking. Nous passons une journée à essayer de trouver un trek qui nous fasse envie mais nous ne sommes pas convaincus du rapport qualité/prix de bien d’entre eux. Nous laissons quand même nos noms sur une liste de personnes intéressées dans l’espoir que d’autres voyageurs souhaitent nous rejoindre (les tarifs sont très dégressifs en fonction du nombre de personnes), mais malheureusement vu qu’on est en saison basse, rien ne se passe.

Nous rejoignons Kim, Ianni, Mathilde et Alexis pour une journée à moto à travers la Nam Ha National Protected Area. La route, truffée de nids de poules, est montagneuse et très jolie. Elle se termine par de très grandes rizières avant d’arriver à Muang Sing, un petit village très proche de la frontière Chinoise. Nous nous installons dans un restaurant plutôt local (karaoké à fond et beerlao coulant à flot) où personne ne parle anglais. Notre vocabulaire lao ne suffisant pas, Kim prend les choses en main pour commander et va directement voir la cuisinière qui était en train de faire griller un serpent au barbecue. Elle voit aussi plein d’autres sortes de bêtes peu identifiables… D’un accord commun, nous partons trouver un autre resto. Nous passons 45mins à chercher mais à cette heure-ci (14h), tout le monde fait la sieste 🙂 Nous trouvons des stands de soupe de nouilles (KhaoSoi) au marché. Parfait ! Le retour se fait tranquillement, en profitant du paysage.

 

Nous prenons ensuite quelques jours pour préparer encore un peu plus la suite de notre voyage, encore plus loin cette fois puisque nous avons commencé les démarches pour l’obtention des visas Mongole et Russe (voir cette page pour plus de détails). Et puis, pour la première fois depuis très longtemps, nous sommes à jour au niveau du blog 🙂

Demain nous partons pour la Chine !!

3 reflexions sur “Laos – 2ème partie

  1. marie france Périer (maman d'Amanda Rzepka)

    Quel extraordinaire périple vous faîtes! Je viens de lire avec beaucoup d’intérêt le récit de votre séjour au Laos. Je prends bonnes notes de vos conseils , nous en tiendrons compte pour notre voyage en décembre.Félicitations pour votre compte-rendu et vos photos.
    Excellent voyage en Chine.
    Je vous embrasse.

    1. clementandtracy Auteur de l'article

      Merci Marie-France!
      Quel plaisir de recevoir un si bon retour. Ravis que le récit et les photos te plaisent 🙂
      Je t’envoie un email avec des conseils de choses que nous n’avons pas faites mais aurions adoré visiter !
      Excellent voyage au mois de décembre,
      Bises, Tracy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CATAWOPINO