CATAWOPINO

China (part 5) : Colourful times !

Langmusi bis

We liked the atmosphere in Langmusi so much that we decided to change our plans and stay a little bit longer. This allowed us to go and visit the Kirti Gompa temple, on the Sichuan side of town. The entry fees (30 CNY/person) are not only for the temple complex but also for the beautiful Namo gorge that lies beyond.

We walked around the temple complex (which looks like a small village), turned a few prayer wheels on the way, and arrived in front of the main monastery. It was closed and many young monks in training were waiting in front of it. They were very shy and tried to talk to us with the few words of English they knew until the doors of the monastery opened, revealing their teacher looking proud and stern. They all quickly removed their shoes and got inside as fast as they could before the doors closed again.

A bit further ahead, another monk gestured us to come closer. He was fascinated by Clement’s beard so he kept touching it. Then he did some mimes for a while to explain that it must hurt when we kiss 🙂 Keen on making us happy, he showed us the courtyard of a small temple that is usually closed. He then showed us the way to get to the gorge and waved us goodbye.

   

Le chemin à l’intérieur de la gorge est très joli. De nombreuses roues de prières sont installées au niveau de l’eau afin de tourner continuellement. Un endroit paisible où bon nombre de locaux viennent se reposer et pique-niquer. Nous y serions bien restés encore plus longtemps mais notre bus pour Xiahe nous attend.

Xiahe

Le trajet de Langmusi jusqu’à Xiahe, bien que long de seulement 182km, nous a pris 6h en bus. On ne sait toujours pas pourquoi, mais le bus s’est arrêté à plusieurs reprises pendant de longues périodes sans que personne ne monte ni descende. On a fini par arriver, c’est tout ce qui compte !
La population de la ville de Xiahe est très mixte: 65% de Tibetains, 25% de Han, 10% de Hui. À cela s’ajoute le flot de touristes, principalement Chinois. La partie de Est de la ville, plus moderne, est majoritairement Han, tandis que la partie Ouest est majoritairement Tibétaine. Entre les deux, le monastère de Labrang.

C’est l’un des 6 monastères majeurs de l’ordre Gelupga du Bouddhisme Tibétain (plus connu comme l’école des bonnets jaunes). Il est encerclé par un kora (chemin de pélerinage) de 3km, bordé de roues de prières. Toute la journée, des moines, des anciens du village, des parents avec leurs enfants, des touristes, etc. Marchent le long de ce kora en faisant tourner ces roues les unes après les autres, afin d’améliorer leur karma.

Seule façon de voir l’intérieur des bâtiments : réserver une visite guidée avec un des moines de l’école. Ça sonne très bien à la base, mais notre guide parlait peu Anglais et n’avait pas l’air de très avoir envie de nous expliquer quoi que ce soit. Exemple : “Vous savez ce que c’est Mandala ?” “Non.” “Je ne peux pas vous l’expliquer alors”… Mais nous avons quand même appris que le monastère se compose de 1800 étudiants environ, répartis dans 6 tratsang, sortes de facultés monastiques (théologie, médecine, astrologie, philosophie, etc.). Les photos à l’intérieur des bâtiments sont interdites, mais croyez nous sur parole, c’était magnifique.

Un des seuls endroits où nous avons été autorisés à prendre des photos est la salle d’exposition des sculptures en beurre de Yak, franchement impressionnantes !

Bien que la visite guidée en Anglais nous ait un peu laissés sur notre faim, nous conseillerions tout de même celle-ci plutôt que la visite en Chinois. Pas tant pour la quantité d’information que nous avons apprise, mais plus pour être dans un petit groupe plutôt qu’un convoi.

Zhangye

Nous avons d’abord pris un bus jusque Xining (5h) puis un train à grande vitesse pendant 2h afin d’arriver à Zhangye, une ville sur la route la soie, aux portes du désert de Gobi. Pas si visitée par les touristes, cette ville est une bonne base pour explorer les parc naturels environnent ainsi que les grottes de Mati Si.

Au moment où nous arrivons dans le lobby de notre hôtel, nous rencontrons d’autres voyageurs. Paul, un néo-zélandais à la retraite, qui est sur le départ après plusieurs semaines de visite en Chine, ainsi que Tristan et Martina, un couple franco-italien avec qui nous envisageons de faire une journée de visite commune le lendemain. Nous nous donnons tous rendez-vous pour dîner ensemble le soir même, histoire d’échanger anecdotes et bons plans autour de quelques bières et d’un repas chinois. Et comme le hasard fait bien les choses, alors que nous finissons la planification du lendemain devant l’hôtel, Moritz arrive. Il cherche du monde pour partager un taxi pour une journée de visite, et finit par décider de se joindre à nous pour prendre le bus jusqu’aux parcs naturels de Binggou et Danxia.

Binggou park

Beaucoup moins connu que les montagnes colorées voisines de Danxia, ces deux parcs sont pourtant tous les deux à l’intérieur de la même zone protégée.

Il est très facile de s’y rendre, puisque le bus public au départ de la station Ouest allant à Danxia s’y rend également. Le parc est très bien aménagé. Des navettes circulent à intervalles réguliers entre les différents points, et des chemins ont été pavés pour pouvoir marcher dans le parc.

Ce parc est peut-être moins impressionnant que son voisin, mais le fait qu’il n’y ait pratiquement personne rend la visite très très agréable.

    

 Les formations rocheuses ne sont pas sans rappeler ce que l’on peut voir dans le sud-ouest des USA, et on peut facilement y passer 3-4 heures (en plus, il y a du wifi^^)

Danxia park

Ce parc est aussi connu sous le nom de « montagnes colorées » ou « montagnes arc-en-ciel ».

C’est une formation géologique intéressante et surtout très photogénique. Il n’est pas possible de vraiment randonner dans ce parc, seulement de prendre le bus de point de vue en point de vue, et d’admirer les paysages.

Lors de notre visite, il y avait un peu de monde, mais nous étions loin des foules de Zhangjiajie. C’est un parc magnifique, qui vaut le détour à lui tout seul, même si vous êtes daltonien 🙂
Nous avons été extrêmement chanceux puisque le ciel s’est dégagé au moment du coucher de soleil. Les couleurs étaient exceptionnelles !

Pour revenir du parc après le coucher du soleil, nous savions que le bus n’était plus une option, et nous avions prévu de prendre un des « nombreux taxis à l’affût à la sortie du parc », conformément à ce que Wikitravel indique. En sortant : personne. Heureusement, Moritz vient d’étudier en Chine pendant un an et il parle très bien le Mandarin. Grâce à lui, nous nous faisons gracieusement conduire par un local à un endroit plus propice à trouver un taxi. Puis Moritz donne tout ce qu’il a pour avoir un bon prix jusqu’au centre ville : une négociation de haut vol, bourrée d’onomatopées, c’était hilarant ! On monte à 5 dans le taxi et bien que serrés un peu à l’arrière, on apprécie le retour.

Après un nouveau repas commun, nous disons au-revoir à Tristan et Martina que nous retrouvons à Beijing (nous faisons le même trajet à un jour d’intervalle).

 

Temples de Mati Si

Le lendemain nous allons visiter les temples de Mati Si avec Moritz et Pierre, un français avec qui Moritz a déjà voyagé quelques jours. Cette fois, on ne tente pas les transports publics et partageons une voiture pour la matinée. Quel confort de se faire prendre et ramener directement en bas de l’hôtel 🙂

Entre le Vième et XIVième siècle, une série de grottes ont été creusées dans la falaise à des fins méditatives et religieuses. Elles sont reliées entre elles par des escaliers assez verticaux situés dans la roche (l’interdiction de prendre des photos à l’intérieur ne nous permet pas d’illustrer nos propos). Dans les grottes sont installées de nombreuses statues de buddha et autres divinités.

Grâce à Moritz (qui a demandé à une vieille dame qui surveillait une des grottes), nous apprenons pourquoi des chaussures d’enfants dépareillés se trouve au pied de certaines statues. Les parents qui cherchent à concevoir achètent une paire de chaussure et viennent en déposer une ici tandis qu’ils gardent l’autre chez eux. A la naissance de l’enfant, ils doivent revenir chercher la chaussure pour reconstituer la paire. La vieille femme, heureuse d’avoir discuté avec nous, nous offre une pomme et nous souhaite bonne route.

    

Pour circuler entre les 3 zones principales des grottes, il est nécessaire d’avoir un moyen de locomotion. Le stop peut être possible mais certainement difficile vu le peu de voitures qui circulent.

Il y a des possibilité de randonnée autour. Un peu à court de temps, nous sommes seulement allés jusqu’au premier point de vue (photo ci-dessus). Le chemin démarre en face des stupas blanches et comme partout en Chine, ce sont des escaliers 🙂

Nous avons adoré cette visite,

 

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *

CATAWOPINO