CATAWOPINO

Russia (3) : Moscow

Chargée de 870 ans d’histoire, Moscou est une métropole gigantesque et très densément peuplée (12 millions d’habitants intra-muros). Capitale politique et économique, c’est une ville imposante, au cœur de laquelle on se sent insignifiant. Il est difficile de s’y ennuyer tant la ville regorge de musées, d’expositions en tout genre, d’églises et de cathédrales orthodoxes à visiter, et de monuments historiques emblématiques.

La place rouge

Pas de chance pour nous, la place rouge était en grande partie bloquée pendant la durée de notre séjour à Moscou à cause d’un festival de musique militaire. Adieu les jolies vues avec le Kremlin d’un côté et la cathédrale Saint-Basil de l’autre… Nous nous sommes baladés dans les endroits encore accessible au public et sommes allés rapidement regarder une démonstration de saut d’obstacle à cheval par des enfants.

Tout au bout de la place rouge, se trouve la magnifique et mythique cathédrale Saint-Basil, très facilement reconnaissable avec ses dômes multicolores. Originellement construite au 16ème siècle pendant le règne d’Ivan IV, dit le terrible, cette architecture est censée représenter les flammes d’un feu de joie. Les couleurs vives qu’on lui connaît aujourd’hui sont arrivées plus tardivement et de manière progressive, entre la fin du 17ème et le 19ème siècle.

Toujours sur la place rouge, adossé au mur du Kremlin et sous la tour Senatskaïa se trouve le mausolée de Lénine. À l’intérieur, on peut voir le corps préservé de Lénine, qui ressemble d’ailleurs plus à une poupée de cire qu’à autre chose après autant d’années. L’entrée dans le mausolée est très impressionnante : on pénètre à l’intérieur de ce bâtiment pyramidal sombre, rempli de gardes militaires répartis tous les 2 mètres, et on doit avancer sans parler ni prendre de photos. Une fois dans la salle du corps, on ne peut pas s’arrêter pour regarder, on suit le chemin qui fait le tour du cercueil. Une chose est frappante quand on le voit, on se rend compte qu’il était assez petit (1m65). C’est là qu’on se rend compte que la propagande marche bien, à force de le voir représenté par des statues gigantesques et par des bustes à 4 fois la taille réelle, on s’attend à ce que l’homme soit également hors normes physiquement. Rentrer dans ce mausolée est une expérience unique et bizarre mais définitivement très intéressante !

Autre pièce incontournable du tourisme sur la place rouge, le centre commercial GUM (pour Glávnyj Universáĺnyj Magazín ou Centre Commercial Universel).

Le nom de GUM n’est pas unique à celui-ci puisque pendant l’ère soviétique, des GUMs ont été construit dans la plupart des grandes villes. Historiquement, il y avait des commerçants établis de ce côté de la place rouge depuis le 17ème siècle. C’est vers la fin du 19ème qu’ils décidèrent de se mettre ensemble et qu’un grand projet architectural fut lancé, avec un toit en verre sur une armature en métal qui n’est pas sans rappeler certaines gares londoniennes. Après la révolution de 1917, le GUM fut nationalisé, avant d’être transformé en bureaux par Staline en 1928. Il a été ensuite réouvert en 1958 en tant que centre commercial, et fut l’un des rares magasins de l’Union Soviétique où rien ne manquait jamais.

Le Kremlin

Toutes les villes historiques de Russie possèdent un kremlin. Cela désigne le complexe central fortifié et peut contenir des bâtiments de gouvernement et/ou des églises orthodoxes. Le kremlin de Moscou est tellement célèbre qu’il est en général simplement appelé “le Kremlin”, et que ce terme est petit à petit devenu synonyme du gouvernement Russe lui même.

La construction du Kremlin tel qu’on peut le voir aujourd’hui a véritablement commencé au 14ème siècle. Encerclé par la rivière Moskva, la place Rouge, la cathédrale Saint-Basil et les jardins d’Alexandre, c’est un énorme complexe qui comprend cinq palais, cinq églises orthodoxes, un mur d’enceinte et des tours très impressionnantes. C’est également la résidence officielle du président Russe.

Lorsqu’on visite le Kremlin, on a la possibilité de voir plusieurs choses différentes. Le ticket de base vous permet de rentrer dans le complexe et de visiter les églises orthodoxes de la place des cathédrales. Vous pouvez également acheter des tickets supplémentaires (à acheter en avance car le nombre de visiteurs est limité/jour) pour monter tout en haut de la tour d’Ivan le Grand ou visiter le musée de l’armoirie.

La cathédrale de la Dormition est la plus grande, la plus vieille et la plus importante des églises orthodoxes du Kremlin. Elle a été bâtie au 15ème siècle par un architecte italien, sur le modèle de l’architecture présente à Vladimir et Novgorod à l’époque. Elle a été le lieu de couronnement des Tsars de Russie.

La Cathédrale de l’Annonciation est la plus modeste en taille des trois cathédrales majeures du Kremlin. Elle servait de lieu de culte personnel des membres de la famille royale, et c’est là qu’ils faisaient baptiser leurs enfants. Son architecture actuelle est assez classique et comprend neuf dômes dorés en forme d’oignons. L’intérieur est plus intimiste que les autres cathédrales et magnifique également.

Enfin, la cathédrale de l’archange Saint-Michel est incontournable. Beaucoup de monarques et princes Russes jusqu’à l’époque de Pierre le Grand y sont enterrés. On trouve 46 pierres tombales décorées à l’intérieur de la cathédrale.

Il est également possible de visiter, sur la place des cathédrales, l’église de la Déposition-de-la-robe-de-la-vierge et l’église des 12 apôtres, qui ont été transformées en musées exposant une multitude d’objets anciens appartenant aux divers membres de la royauté passés par le Kremlin.

Vous pouvez aussi voir la cloche “Tsar Kolokol”, réalisée par Ivan Feodorovich Motorin en 1735. Cette cloche détient le record de la plus grosse cloche au monde (parmi celles qui existent toujours, et en tenant compte du fait qu’elle ne soit plus utilisable).

Le théâtre du Bolshoi

Peut-on aller à Moscou sans aller faire un tour dans le Bolshoi ? La réponse est oui 🙂 Faites comme nous et allez-y au mois d’Août, celui-ci est fermé pour la fin de saison et n’ouvre de nouveau ses portes que début Septembre. Nous avons été voir l’extérieur (il est proche de la place rouge) et avons hâte de revenir à Moscou pour découvrir l’intérieur.

Le Musée Pouchkine

Le musée Pouchkine est le musée des beaux-arts le plus important de Moscou. Moins connu que le musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, il arbore pourtant une collection sacrément impressionnante. Assez peu fréquenté à l’heure de l’ouverture le jour où nous y étions, nous avons pu en profiter pleinement.

Nous avons admiré des oeuvres des écoles Flamande et Hollandaise des 16ème et 17ème siècles, de l’école Française du 17ème au 19ème siècle, des impressionnistes et des peintres plus modernes de la fin du 19ème au 20ème siècle (Van Gogh, Cézanne, Picasso, Matisse, etc.).

En plus de tous ces tableaux, le musée a de très belles collections d’art des civilisations anciennes, d’art du moyen-âge et une salle remplie de moulages de Michel-Ange de toute beauté. Un musée très sympa à visiter !

La Cathédrale du Christ-Sauveur

Située juste en face du musée Pouchkine, la cathédrale du Christ-sauveur a une histoire un peu mouvementée. Construite entre 1839 et 1883 en l’honneur de la victoire Russe sur les troupes de Napoléon, elle fut ensuite détruite sur ordre de Staline en 1931 pour laisser la place à un “palais des Soviets”. Ce palais, censé mesurer 500m de haut (ce qui aurait été la plus haute construction de l’époque) n’a jamais vu le jour. En effet, sa construction fut interrompue par l’invasion allemande de 1941. En 1958, les fondations de cet édifice furent remplacées par une gigantesque piscine à ciel ouvert, et ce jusqu’en 1990. Après la chute de l’empire Soviétique, le peuple demande à pouvoir reconstruire la cathédrale du Christ-Sauveur. La construction de la nouvelle église orthodoxe s’est achevée en 2000, et elle est aujourd’hui la plus haute église orthodoxe au monde.

Elle est impressionnante d’extérieur avec ses statues de bronze au dessus des portes et sur les colonnes.

Elle en jette tout autant de de l’intérieur, avec une ambiance définitivement plus moderne que les autres églises orthodoxes de Moscou. La sensation d’espace est incroyable, et on s’y sent vraiment minuscule.

Le parc Gorki

Le parc Gorki, de son nom officiel “Parc central de la culture du divertissement Maxime Gorki” est le parc le plus connu de Moscou. Construit à la fin des années 20, ce parc est situé au bord de la rivière Moskva et a une superficie de 1,2 km2. Dans le but de le rendre plus écologique, toutes les attractions qui donnaient à ce parc son esprit de fête foraine ont été désinstallées en 2011, seul un carrousel à double étage a été laissé.

Les locaux et les touristes viennent s’y détendre, ou y faire du sport : roller, vélo, tennis, beach volley, gym de haute voltige, yoga, skate, tennis de table ou encore de la pétanque 🙂 Toutes les installations sont disponibles ! En hiver, les grandes allées goudronnées du parc gèlent et permettent l’installation de la plus grande patinoire monde ! Comme son nom l’indique, on y trouve aussi de la culture avec des objets d’arts ou encore des expos en plein air (nous avons visité une très belle expo photo le jour où nous y sommes allés).

Certains emplacements du parc sont loués par de grandes marques (Adidas, Reebok, Samsung, Lays etc.) qui ont installé des stands gigantesques et proposent des activités, tout en vendant leurs produits.

La galerie d’art contemporain de Tretyakov

La galerie Tretyakov de Moscou est un musée célèbre puisqu’il contient une collection impressionnante d’oeuvres d’artistes principalement Russes. Sa “nouvelle” galerie, qui est dédiée pour sa part à l’art contemporain est située dans un jardin en face du parc Gorki.

Nous avons autant apprécié la visite de ce musée rempli d’oeuvres de qualité que la vue que le bâtiment offre sur  la statue de Pierre le Grand.

Dans les jardins alentours se trouve une collection impressionnante de sculptures dont beaucoup datent de l’ère soviétique. On se croirait dans un champ de sculptures, à ne pas louper !

À noter :  la visite de ce musée est gratuite le mercredi (les jardins le sont tous les jours).

Le métro de Moscou

Le premier projet de métro date de l’époque impériale, mais la première guerre mondiale, la révolution et la guerre civile ont retardé sa mise en place. Un bureau d’étude fut constitué en 1923, et c’est en 1935 que la première ligne fut ouverte. Des ingénieurs du “London Underground” (le plus vieux système de métro au monde) furent appelés pour aider au bon développement du projet. La paranoïa était telle que certains d’entre eux furent ensuite arrêtés par la police secrète pour suspicion d’espionnage (forcément, ils avaient maintenant une connaissance importante des plans de la ville…).

Le métro de Moscou était l’un des plus grands projets de l’URSS et devait servir d’outil de propagande. Les artistes et les architectes se devaient de faire ressortir les idées de la propagande soviétique et rendre les stations impressionnantes visuellement. L’aspect palatial du métro avait pour but de rappeler aux usagers que leurs impôts étaient utilisés à bon escient.

La lumière travaillée, les énormes chandeliers, les hauts plafonds, les murs en marbre, tout a été fait pour évoquer la grandeur et la brillance et donner l’impression d’une lumière naturelle souterraine.

Les premières stations construites arborent un style art-déco. Juste avant le début de la seconde guerre mondiale, en 1938, la deuxième phase de construction du métro a instauré un mélange du style art-déco avec des thèmes socialistes et soviétiques.

La troisième phase de construction, pendant la guerre, a vu les thèmes socialistes remplacés par des thèmes guerriers.

    

Enfin, c’est après la fin de la guerre, avec la quatrième phase de construction que l’extravagance de l’architecture du métro a atteint son apogée, avec des stations comme Kiyevskaya ou Komsomolskaya.

Pendant la guerre froide, de nouvelles stations furent construites très en profondeur pour pouvoir servir d’abri anti-nucléaire.

Les décorations devinrent également plus sobres entre la fin des années 50 et le milieu des années 70.

Un design typique instauré à cette époque et reproduit quasiment à l’identique dans beaucoup de stations est celui du “centipède” : deux rangées de colonnes qui s’étendent sur toute la voie.

Dans les station plus récentes, on peut voir de l’art moderne. La station Mendeleyevskaya par exemple, ouverte à la fin des années 80, est inspirée des travaux de Dimitri Mendeleïev.

Nous passons par une dernière station de métro (Trubnaya) pour nous rendre à la gare prendre notre train de nuit pour Saint-Petersbourg !

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *

CATAWOPINO